Rio en point de mire

Rio en point de mire

Ratoarivony a quitté mercredi son île de Madagascar et a rejoint son mentor Didier Cucchi pour une aventure humaine de trois mois. Objectif : les J.O. de Rio.

On connaissait la Royal Navy, cette fameuse flotte de guerre britannique ; Ségolène Royal, l'actuelle ministre de l'Écologie, il faudra s'habituer désormais à Royal Rakotoarivony. Rien à voir avec les navires de guerre ou encore la politique, non c'est juste la dernière petite pépite d'or dénichée par Didier Cucchi lors d'un périple à Madagascar en 2012. Jeune Malgache de 21 ans, au visage d'ange, Royal a accepté de quitter mercredi son île de Madagascar, bordée par l'Océan Indien, et de rejoindre son mentor Didier Cucchi pour une aventure humaine de 3 mois dans un premier temps. «Depuis quelques années, j'ai été mandaté par la fédération malgache pour former des jeunes champions et surtout pour les faire progresser avec des structures et une logistique beaucoup plus importante dans mon club». Mais l'objectif prioritaire du professeur de judo villeneuvois de 6e dan, c'est de jouer un peu les GPS et de donner la bonne direction au jeune homme pour rejoindre les J.O. de Rio au mois d'août.

«Didier ? C'est mon maître, mon mentor tout simplement. Sur mon réseau social, j'applique régulièrement ses consignes et j'écoute ses conseils que ce soit dans mon judo, dans mes prises, dans ma préparation et dans mon hygiène de vie. C'est lui qui me guide. La France ? Un pays magique que je découvre pour la première fois avec un grand plaisir». Pour l'aider dans son projet fabuleux de Rio, Royal sera parrainé par le patron de Gifi, Philippe Ginestet, également responsable du château le Stelsia à Saint-Sylvestre. C'est d'ailleurs sur ce site luxueux qu'a débuté la belle épopée du jeune Malgache jeudi soir. «J'aime dénicher les jeunes talents», insiste l'homme d'affaires villeneuvois. Au fond, Royal, Didier Cucchi et Philippe Ginestet ont envie de suivre la même trajectoire que le champion de boxe Samir Ziani. «C'est un match à trois !» martèle Didier. Un match qui débutera dès le mois de février, à Paris, lors d'un tournoi mondial très relevé, où Royal se frottera aux meilleurs judokas de la planète, chez les moins de 73 kg.

Des bolognaises et du pâté pour débuter l'aventure
Depuis mercredi, Royal, maîtrisant parfaitement la langue de Molière, a découvert notre culture. La culture culinaire dans un premier temps avec une dégustation de pâtes bolognaises. «Il s'est régalé confie Didier. Pour le pâté de campagne, il a voulu juste le faire cuire au micro-ondes (rires)». Entre le professeur de judo villeneuvois et celui qui a déjà 5 titres de champion à Madagascar, règne déjà une grande complicité. «Quand je le vois combattre, notamment sur la prise du uchi-mata, j'ai l'impression que c'était moi à 20 ans. C'est un garçon d'une grande simplicité et humilité qui sait qu'il doit travailler et encore travailler pour progresser. Il faut qu'il soit notamment encore plus fort sur la prise au corps et la saisie (kumi-kata) mais il a déjà un sacré mental pour son jeune âge». Si lors du tournoi mondial de Paris, début février, Royal aura bien du mal à décrocher son ticket pour Rio, pouvant croiser sur son chemin son idole et champion du monde japonais Ono Shohei, la route des Jeux Olympiques devrait pouvoir s'ouvrir pour lui lors des championnats d'Afrique en Tunisie, au mois d'avril. Les trois mois de stage commando au complexe sportif avec Didier Cucchi ne seront donc pas de trop pour préparer cette échéance capitale.

judo club villeneuvois

Autres articles

Elle est toujours souriante Marie-Anne Landry mais son visage s'est illuminé encore plus depuis qu'elle vient d'adhérer au clan des ceintures noires. Une vraie satisfaction, une vraie fierté également pour ce bout de femme de 42 ans, originaire du Loiret et ayant posé ses valises dans la bastide en janvier 2015, en raison d'une mutation professionnelle de son conjoint qui est actuellement professeur à l'Institution Sainte-Catherine. «Un jour après mon arrivée sur les bords du Lot, j'ai pris la direction du dojo au complexe sportif et j'ai rencontré Didier Cucchi», explique Marie-Anne, passionnée d'arts martiaux (elle a aussi pratiqué l'aïkido et le ju-jitsu) et dont le sport demeure vraiment son équilibre et sa raison de vivre. Elle a besoin de transpirer, de se donner à fond et de perler de sueur sur un tatami mais parallèlement, elle a aussi besoin de ce contact humain, de cette chaleur avec les autres athlètes du Judo-Club villeneuvois.

Une sœur trois fois championne de Bourgogne en karaté
Chez les Landry, le sport et notamment les sports de combat semblent une évidence avec notamment sa sœur Corinne qui fut trois fois championne de Bourgogne en karaté. Alors pas étonnant de voir Marie-Anne grimper dans la hiérarchie depuis plusieurs années dans sa discipline favorite, faire preuve de courage et de volonté dans ses combats pour glaner des points précieux avant de décrocher le Graal tout récemment à Lormont. Il manquait juste 10 points à celle qui n'est pas Lion pour rien avec du caractère mais avec aussi beaucoup de sensibilité et de générosité. «Quand je vois des pauvres gens qui meurent encore de faim à notre siècle, cela me fait très mal !». C'est donc en Gironde que Marie-Anne Landry a décroché le jackpot après un deuxième combat éclair, un ippon et 21 secondes qui resteront gravés longtemps dans sa mémoire. Une ceinture noire qu'elle a tout de suite partagée avec les amours de sa vie, ses filles Laura, 11 ans, et Silya, 9 ans.

Prochains objectifs pour cette femme pleine d'énergie, l'obtention du deuxième dan d'ici deux ans et certainement une participation au Marathon de Toulouse ou de Carcassonne à la fin de l'année.

Marie-Anne ceinture noire

Elle est toujours souriante Marie-Anne Landry mais son visage s'est illuminé encore plus depuis qu'elle vient d'adhérer au clan des ceintures noires. Une vraie satisfaction, une vraie fierté également...

Elle est toujours souriante Marie-Anne Landry mais son visage s'est illuminé encore plus depuis qu'elle vient d'adhérer au clan des ceintures noires. Une vraie satisfaction, une vraie fierté également pour ce bout de femme de 42 ans, originaire du Loiret et ayant posé ses valises dans la bastide en janvier 2015, en raison d'une mutation professionnelle de son conjoint qui est actuellement professeur à l'Institution S...

lire

Il ne réalise pas encore Willy Micieli ! La ceinture noire, c'était vraiment un cadeau venu du ciel pour ce pensionnaire du Judo-Club villeneuvois pour lequel la vie n'a pas été toujours un fleuve tranquille. «C'est vrai que durant mon existence, j'ai connu des moments très difficiles», avoue le jeune trentenaire. Des moments qu'il n'oublie pas, bien évidemment. Et puis c'est en regardant à la télévision les J.-0. de Londres en 2012 et notamment la compétition de judo que le déclic s'est produit pour Willy. «J'ai cherché un club sur Villeneuve et je suis tombé sur Didier qui m'a invité à rejoindre son association sportive». Le judo, sorte d'exutoire et de raison de vivre pour celui qui est également passionné par l'informatique. Le complexe sportif, il y passe des heures et des heures, Willy, ne ratant jamais le moindre entraînement le mercredi ou le vendredi. «Ce club, c'est comme ma propre famille. Didier, ce n'est pas mon professeur de judo, c'est d'abord mon ami». Un ami lui ayant permis de se remettre sur le droit chemin, de connaître un nouvel environnement, de nouveaux camarades, de sortir un peu de sa bulle et de son univers. «S'il faut donner un coup de main, encadrer un groupe d'enfants, c'est avec plaisir que je rends service», confie le jeune homme, rêvant de devenir un jour professeur de judo. «Pour l'heure, je suis commissaire sportif départemental dans les différentes compétitions».

Et il y a quelque temps, au Stadium d'Agen, Willy a donc connu le jour de gloire, son jour de gloire, en décrochant la ceinture noire. «Cela faisait quatre ans que je voulais atteindre cet objectif mais avec mon petit handicap, mes crises d'angoisse et de stress en rentrant sur le tatami, je n'y arrivais pas». Sur le sol agenais, le Villeneuvois n'a pas laissé passer sa chance. Après deux échecs lors des deux premiers combats, il a pensé fortement à son héros de manga «Yu-Gi-Oh» et il a tout donné dans le dernier combat, dominant facilement son adversaire. L'aboutissement certainement de nombreuses années de fidélité au Judo-Club villeneuvois mais surtout d'amitié avec son père spirituel Didier Cucchi. Bravo Willy !

judo

jour de gloire

Il ne réalise pas encore Willy Micieli ! La ceinture noire, c'était vraiment un cadeau venu du ciel pour ce pensionnaire du Judo-Club villeneuvois pour lequel la vie n'a pas été toujours un fleuve tra...

Il ne réalise pas encore Willy Micieli ! La ceinture noire, c'était vraiment un cadeau venu du ciel pour ce pensionnaire du Judo-Club villeneuvois pour lequel la vie n'a pas été toujours un fleuve tranquille. «C'est vrai que durant mon existence, j'ai connu des moments très difficiles», avoue le jeune trentenaire. Des moments qu'il n'oublie pas, bien évidemment. Et puis c'est en regardant à la télévision les J.-0. de...

lire

Le Judo-Club-Villeneuvois sera donc bien représenté lors des prochains championnats de France qui se dérouleront les 1er et 2 juin à Ceyrat, dans le Puy-de-Dôme. Aude-Axelle Okobe en espoirs et le duo Clément Menaud, Ewan Chapuzet en cadets vont tutoyer le très haut niveau dans leur catégorie respective après avoir décroché le précieux sésame lors des récents régionaux de Lormont. 

Dans cette belle région d'Auvergne, Clément Menaut sera très certainement la meilleure cartouche du mentor Didier Cucchi et la meilleure chance de médaille. 

Tout simplement car ce jeune homme de 16 ans, bien dans sa tête et bien dans son corps, s'est déjà invité dans la cour des grands la saison dernière, terminant à une honorable 7e place. Dans la catégorie des moins de 66 kg, il aura bien sûr comme objectif de grimper encore dans la hiérarchie et d'aller chercher pourquoi pas un podium. «Trois semaines nous séparent seulement des Régionaux.

 Il a fallu donc que je travaille surtout mon cardio» analyse calmement et avec beaucoup de sérénité ce grand espoir du Judo-Clubvilleneuvois. Plus dure sera la tâche de ses frères et sœurs de kimono Ewan Chapuzet et Aude-Axelle Okobe. C'est la première fois qu'ils vont participer à des France, partant donc l'inconnu avec beaucoup moins de certitudes que leur camarade mais avec la volonté farouche d'aller le plus loin possible dans une compétition exigeante, ressemblant à un vrai parcours du combattant. 

Pour Clément et Ewan, il s'agira d'être très matinal le samedi 1er juin car la pesée est programmée à 7 heures tandis qu'elle sera prévue pour Aude-Axelle le dimanche à 13 heures. À noter enfin qu'un 4e mousquetaire du Judo-Clubvilleneuvois aurait pu participer également à la fête dans le Puy-de-Dôme mais Andrew Alexandre a raté la «qualif» d'un cheveu. Un objectif qu'il atteindra probablement la saison prochaine.

dans la cour des grands

Le Judo-Club-Villeneuvois sera donc bien représenté lors des prochains championnats de France qui se dérouleront les 1er et 2 juin à Ceyrat, dans le Puy-de-Dôme. Aude-Axelle Okobe en espoirs et le duo...

Le Judo-Club-Villeneuvois sera donc bien représenté lors des prochains championnats de France qui se dérouleront les 1er et 2 juin à Ceyrat, dans le Puy-de-Dôme. Aude-Axelle Okobe en espoirs et le duo Clément Menaud, Ewan Chapuzet en cadets vont tutoyer le très haut niveau dans leur catégorie respective après avoir décroché le précieux sésame lors des récents régionaux de Lormont. Dans cette belle région d'Auverg...

lire

Le grand Slam à Paris, c'est le plus grand tournoi mondial, ayant réuni ce week-end 98 pays et 600 judokas. Un rendez-vous majeur en ce début d'année qu'avait coché Royal Rakotoarivony, jeune Malgache de 24 ans, licencié au Judo-Club villeneuvois.

Les deux premières tentatives dans la capitale en 2016 et 2017 n'avaient pas permis à Royal de franchir le 1er tour. Et hier matin, à l'heure de l'échauffement, le poulain de Didier Cucchi était très motivé dans ses attitudes, dans son regard. S'étant engagé dans une nouvelle catégorie (-81 kg), avec un plan d'entraînement différent, le jeune Villeneuvois voulait tout déchirer sur les tatamis. Mais face à l'Islandais Iura Sveinbjorn, 44e mondial, son rêve de victoire s'est brisé très rapidement. Au fond, il n'y a pas eu véritablement de combat tant Sveinbjorn a dominé le Malgache, l'empêchant de trouver des solutions et de se mettre en action.

Un combat à sens unique et donc une nouvelle défaite dans le grand Slam pour Royal qui devra encore travailler pour progresser et pour offrir plus de résistance face aux meilleurs judokas mondiaux. «Dans cette nouvelle catégorie des moins de 81 kg, il faut qu'il trouve ses repères», confiait hier matin son mentor Didier Cucchi, un peu remonté tout de même après la performance mitigée de son poulain. La feuille de route du pensionnaire du Judo-Club villeneuvois est assez épaisse cette année puisque dès la semaine prochaine, il participera à la Coupe du Capricorne, la deuxième plus grosse compétition de Madagascar, avant les championnats d'Afrique en avril au Cap, en Afrique du Sud, les jeux des îles en juillet à l'île Maurice et enfin les championnats du monde à Tokyo en août, au Japon.

Le grand Slam tourne court pour Royal

Le grand Slam à Paris, c'est le plus grand tournoi mondial, ayant réuni ce week-end 98 pays et 600 judokas. Un rendez-vous majeur en ce début d'année qu'avait coché Royal Rakotoarivony, jeune Malgache...

Le grand Slam à Paris, c'est le plus grand tournoi mondial, ayant réuni ce week-end 98 pays et 600 judokas. Un rendez-vous majeur en ce début d'année qu'avait coché Royal Rakotoarivony, jeune Malgache de 24 ans, licencié au Judo-Club villeneuvois. Les deux premières tentatives dans la capitale en 2016 et 2017 n'avaient pas permis à Royal de franchir le 1er tour. Et hier matin, à l'heure de l'échauffement, le poula...

lire

Le Judo-Club-Villeneuvois de Didier Cucchi rouvrira ses portes le mercredi 12 septembre, à 14 heures, au complexe sportif, avec la possibilité pour les enfants de se tester gratuitement sur les tatamis afin de pouvoir se positionner sur cette discipline. Ils auront aussi l'occasion de découvrir ce club et cet art martial lors de la journée portes ouvertes des associations sportives, le dimanche 9 septembre, au complexe sportif, organisée par l'UASV et en partenariat avec la municipalité.

Le planning du Judo-Villeneuvois est le suivant pour la saison 2018-2019

Mercredi : de 14 heures à 15 heures, école de judo ; de 15 heures à 16 heures, pour les 3-4 ans ; de 16 heures à 17 h 15, pour les confirmés ; de 19 heures à 20 h 30, pour les adultes.

Vendredi : de 17 h 30 à 18 h 30, école de judo ; de 18 h 30 à 19 h 30, pour les confirmés ; de 19 h 30 à 21 heures, pour les adultes.

Pour tous renseignements, il suffit de contacter le professeur Didier Cucchi au 06 20 33 43 34.

reprise des cours le 12 septembre

Le Judo-Club-Villeneuvois de Didier Cucchi rouvrira ses portes le mercredi 12 septembre, à 14 heures, au complexe sportif, avec la possibilité pour les enfants de se tester gratuitement sur les tatami...

Le Judo-Club-Villeneuvois de Didier Cucchi rouvrira ses portes le mercredi 12 septembre, à 14 heures, au complexe sportif, avec la possibilité pour les enfants de se tester gratuitement sur les tatamis afin de pouvoir se positionner sur cette discipline. Ils auront aussi l'occasion de découvrir ce club et cet art martial lors de la journée portes ouvertes des associations sportives, le dimanche 9 septembre, au comple...

lire

Pour remercier tous les partenaires mais aussi tous les amis qui l'ont accompagné et aidé durant toute la saison sportive, Didier Cucchi, professeur de judo, avait organisé mercredi soir une petite fête chez lui, à Pujols. Une fête bien évidemment empreinte de convivialité et de bonne humeur mais aussi une fête animée en tout début de soirée par Manolo, la voix des Gypsies. L'espace de quelques minutes, celui qu'on retrouve régulièrement devant le petit écran et qui avait chanté son amour pour les magasins Gifi en 2014, a repris quelques tubes du célèbre groupe de musique andalouse. Et les jeunes stagiaires du complexe sportif (lire notre édition de jeudi) ont vraiment apprécié ce petit intermède musical à l'heure de l'apéro. «Avec la présence de Manolo, je voulais faire un petit cadeau à tous mes amis qui me soutiennent depuis de nombreuses années», soulignait Didier. Et alors que le stage au complexe sportif devait se terminer vendredi, le responsable du Judo-Club villeneuvois tenait aussi à remercier le lycée «L'Oustal» pour l'hébergement de tous ces gamins durant une semaine.

Une soirée de fin de saison avec Manolo

Pour remercier tous les partenaires mais aussi tous les amis qui l'ont accompagné et aidé durant toute la saison sportive, Didier Cucchi, professeur de judo, avait organisé mercredi soir une petite fê...

Pour remercier tous les partenaires mais aussi tous les amis qui l'ont accompagné et aidé durant toute la saison sportive, Didier Cucchi, professeur de judo, avait organisé mercredi soir une petite fête chez lui, à Pujols. Une fête bien évidemment empreinte de convivialité et de bonne humeur mais aussi une fête animée en tout début de soirée par Manolo, la voix des Gypsies. L'espace de quelques minutes, celui qu'on r...

lire

18 ans. Cela fait exactement 18 ans que Didier Cucchi accueille des stagiaires en cette période de l'été pour parfaire leur technique de combat, pour progresser mais dans une ambiance très conviviale. Si les stations balnéaires de Montalivet et Saint-Jean-de-Luz étaient auparavant les points d'ancrage de ce stage estival, c'est Villeneuve qui a repris le flambeau pour la deuxième année consécutive. Mais quel que soit l'endroit, à la plage ou sur les bords du Lot, on retrouve toujours les fidèles, «Les Copains d'abord» pour reprendre la célèbre chanson de Georges Brassens. Et parmi la cinquantaine de jeunes hommes ou demoiselles en kimono dans le dojo du complexe sportif, il y a toujours le carré d'as, Franco, Miki, Jean-Louis ou Loïc.

Une belle histoire d'amitié
«Ce sont des amis de longue date, en qui j'ai une profonde estime et une entière confiance», insiste Didier Cucchi, jouant une nouvelle fois à domicile. Franco, 58 ans, résidant dans la région de Metz, n'a pas hésité à avaler 927 km pour retrouver son vieil ami Didier et pour participer au stage. «La technique que je peux acquérir dans ces travaux d'été, je la fais partager à mes élèves en Moselle. Et puis avec Maître Cucchi, c'est une belle histoire d'amitié qui dure depuis 2005 lors d'un stage à Montalivet avec Angelo Parisi et Bernard Tchoullouyan». Même son de cloche pour l'Espagnol Miki, 41 ans, propriétaire d'un hôtel à Ibiza. «La France est une nation forte du judo et je suis toujours heureux de retrouver Didier qui est comme un grand frère. Il vient aussi régulièrement à Ibiza car mon hôtel possède aussi un dojo. Pour ce stage à Villeneuve, j'ai pu amener huit jeunes Espagnols». Et le Belge Jean-Louis Pany, 54 ans, de poursuivre : «En tant qu'ancien entraîneur de Madagascar et actuellement au Comité olympique, nos routes se sont souvent croisées avec Didier sur le plan international. Une histoire d'amitié est née tout naturellement. Ce stage d'été est très intéressant car il permet à des jeunes judokas de progresser».

Un sentiment que partage également Loïc Auffret, 28 ans, professeur au Passage Judo Université. Ce stage d'été au complexe sportif devait se clôturer jeudi soir.

Un stage sur fond d'une grosse amitié

18 ans. Cela fait exactement 18 ans que Didier Cucchi accueille des stagiaires en cette période de l'été pour parfaire leur technique de combat, pour progresser mais dans une ambiance très conviviale....

18 ans. Cela fait exactement 18 ans que Didier Cucchi accueille des stagiaires en cette période de l'été pour parfaire leur technique de combat, pour progresser mais dans une ambiance très conviviale. Si les stations balnéaires de Montalivet et Saint-Jean-de-Luz étaient auparavant les points d'ancrage de ce stage estival, c'est Villeneuve qui a repris le flambeau pour la deuxième année consécutive. Mais quel que soit...

lire

A l'invitation de Thierry Berle, professeur de judo, les poussins et poussines du Judo-Club villeneuvois participaient à un interclubs au dojo de Sainte-Livrade, samedi dernier. Managés par Didier Cucchi et Clément Menaud, les champions en herbe de la bastide ont réalisé de beaux combats, repartant avec pas mal de médailles en or ou d'argent autour du cou. Un bel après-midi sportif donc pour les futurs espoirs du Judo-Club villeneuvois qui s'est achevé par un goûter. Didier Cucchi tenant à remercier Thierry Berle et le club livradais pour leur excellent accueil.

les poussins se distinguent

A l'invitation de Thierry Berle, professeur de judo, les poussins et poussines du Judo-Club villeneuvois participaient à un interclubs au dojo de Sainte-Livrade, samedi dernier. Managés par Didier Cuc...

A l'invitation de Thierry Berle, professeur de judo, les poussins et poussines du Judo-Club villeneuvois participaient à un interclubs au dojo de Sainte-Livrade, samedi dernier. Managés par Didier Cucchi et Clément Menaud, les champions en herbe de la bastide ont réalisé de beaux combats, repartant avec pas mal de médailles en or ou d'argent autour du cou. Un bel après-midi sportif donc pour les futurs espoirs du Jud...

lire

Avec ses amis et anciens grands champions de judo, Didier Cucchi avait décidé d'organiser des stages internationaux l'été, il y a maintenant dix-huit ans. La belle histoire a commencé à Montalivet en Gironde, elle s'est poursuivie à Saint-Jean-de-Luz et c'est désormais le complexe sportif qui accueillera tous les stagiaires du 7 au 13 juillet. Un stage organisé par le Judo-Club villeneuvois s'adressant aux jeunes mais aussi aux adultes de tous niveaux, auquel participeront également des athlètes belges et espagnols. «A travers quatre heures de séances par jour, les stagiaires auront la possibilité de progresser bien évidemment, de se perfectionner et de préparer de façon idéale la prochaine saison. Ils vont venir des quatre coins de la France mais j'espère sincèrement que les clubs du Villeneuvois se joindront à nous», confie Didier Cucchi qui a prévu également des séances piscine afin que tout le monde puisse récupérer et se détendre un peu. «Tous les stagiaires seront hébergés au lycée «L'Oustal».

Toutes les personnes qui veulent s'inscrire à ce stage peuvent contacter Didier Cucchi au 06 20 33 43 34.

18e stage international

Avec ses amis et anciens grands champions de judo, Didier Cucchi avait décidé d'organiser des stages internationaux l'été, il y a maintenant dix-huit ans. La belle histoire a commencé à Montalivet en...

Avec ses amis et anciens grands champions de judo, Didier Cucchi avait décidé d'organiser des stages internationaux l'été, il y a maintenant dix-huit ans. La belle histoire a commencé à Montalivet en Gironde, elle s'est poursuivie à Saint-Jean-de-Luz et c'est désormais le complexe sportif qui accueillera tous les stagiaires du 7 au 13 juillet. Un stage organisé par le Judo-Club villeneuvois s'adressant aux jeunes mai...

lire

Il est l'un des grands espoirs du Judo-Club villeneuvois et Clément Menaud l'a à nouveau démontré le week-end dernier sur les tatamis et les installations du club de Lormont lors des régionaux.

Grâce à deux premiers combats parfaitement maîtrisés, ce jeune collégien de 15 ans s'est qualifié facilement pour les demi-finales de cette compétition dans les moins de 60 kilos.

Il a surtout décroché son billet pour les championnats de France espoirs qui se dérouleront le 21 octobre, à Ceyrat, dans le Puy-de-Dôme. De quoi satisfaire son entraîneur Didier Cucchi même si Clément s'est pris un peu les pieds dans le tapis en demi-finales, n'ayant plus la même grinta et le même mental qu'en matinée.

Cinq mois pour se préparer
«Il faut qu'il s'endurcisse dans sa tête et qu'il soit plus méchant, plus guerrier. Et puis peut-être qu'il a été un peu déstabilisé devant ses proches et toute sa famille qui avait fait le déplacement», poursuit Didier Cucchi, fier tout de même des performances et de la progression de son petit protégé.

Clément Menaud a désormais cinq mois pour bien préparer ce rendez-vous majeur et pour peut-être aller chercher un podium. «Je vais intensifier ma préparation cet été avec notamment le stage au complexe sportif».

Bientôt ceinture noire
En attendant, ce jeune judoka passera ce week-end sa ceinture noire, toujours dans le dojo de Lormont, une simple formalité pour ce garçon bien sympathique promis à un bel avenir.

À noter enfin que son camarade de club Evan Chapuzet a eu moins de chance lors des régionaux, n'ayant pu se qualifier pour les France. Une vraie déception pour ce gamin doté aussi de belles qualités techniques et qui va certainement très vite rebondir.

championnat de France espoirs

Il est l'un des grands espoirs du Judo-Club villeneuvois et Clément Menaud l'a à nouveau démontré le week-end dernier sur les tatamis et les installations du club de Lormont lors des régionaux. Grâ...

Il est l'un des grands espoirs du Judo-Club villeneuvois et Clément Menaud l'a à nouveau démontré le week-end dernier sur les tatamis et les installations du club de Lormont lors des régionaux. Grâce à deux premiers combats parfaitement maîtrisés, ce jeune collégien de 15 ans s'est qualifié facilement pour les demi-finales de cette compétition dans les moins de 60 kilos. Il a surtout décroché son billet pour le...

lire

Difficile de le faire parler Evan Chapuzet, jeune licencié au Judo-Club villeneuvois. Difficile de connaître ses sentiments et sa fierté après l'obtention d'une ceinture noire tout récemment sur les tatamis de Dax. Il faut dire qu'à 15 ans, ce lycéen d'Etienne-Restat à Sainte-Livrade est assez introverti et préfère rester sagement dans sa petite bulle. «Lors de mes différentes compétitions, je préfère souvent que mes parents n'assistent pas à mes combats». Alors dans les Landes, seul son mentor et maître à penser Didier Cucchi a scruté à la loupe ses performances et son attitude face à ses adversaires. Après avoir passé brillamment les katas à Jurançon en décembre dernier, c'est-à-dire la partie technique, il ne lui manquait plus qu'une dizaine de points pour rentrer dans le cercle très privilégié des ceintures noires. Fallait-il simplement que le jeune homme que l'on retrouve dans la catégorie des moins de 66 kg mette le dernier coup de collier. Objectif atteint pour Evan qui poursuit tranquillement sa progression dans cette discipline. «C'est un garçon doté d'un excellent état d'esprit, qui est toujours présent aux entraînements et qui me suit régulièrement dans les stages que j'organise à Ibiza, Montalivet ou Saint-Jean-de-Luz», explique Didier Cucchi. Si sa marge de progression est encore importante, ce passionné de judo possède déjà plusieurs cordes à son arc. «Il faut surtout que je travaille la rapidité et l'explosivité dans mes combats». Grâce à sa ceinture noire célébrée l'autre soir avec ses camarades de club, Evan Chapuzet va pouvoir participer aux demi-finales du championnat de France à Agen à la fin du mois. Avec l'ambition d'aller chercher de nouvelles victoires et de continuer son ascension.

Evan Chapuzet ceinture noire

Difficile de le faire parler Evan Chapuzet, jeune licencié au Judo-Club villeneuvois. Difficile de connaître ses sentiments et sa fierté après l'obtention d'une ceinture noire tout récemment sur les t...

Difficile de le faire parler Evan Chapuzet, jeune licencié au Judo-Club villeneuvois. Difficile de connaître ses sentiments et sa fierté après l'obtention d'une ceinture noire tout récemment sur les tatamis de Dax. Il faut dire qu'à 15 ans, ce lycéen d'Etienne-Restat à Sainte-Livrade est assez introverti et préfère rester sagement dans sa petite bulle. «Lors de mes différentes compétitions, je préfère souvent que mes...

lire

Grand espoir du Judo-Club villeneuvois, Clément Menaud vient d'atteindre son objectif de fin d'année. En effet, le week-end dernier, lors des championnats de la Nouvelle-Aquitaine à Lormont, il est non seulement monté sur le podium, en décrochant le bronze mais il a surtout validé son ticket pour participer aux championnats de France minimes programmés les 9 et 10 décembre à Saint-Quentin-en-Yvelines. 

En Gironde, ce jeune judoka de 14 ans a réalisé un très bon parcours, échouant au stade des demi-finales face à un adversaire qu'il dominait largement dans le combat mais au cours duquel il a amorcé un geste dangereux à 40 secondes du gong, ayant abouti logiquement à une disqualification. 

Malgré ce coup du sort et cette énorme frustration, Clément a eu suffisamment de ressources mentales et d'énergie pour gagner son combat de repêchage et pour monter une nouvelle fois sur la boîte. «En plus, il s'impose face à un adversaire qu'il n'avait jamais pu battre auparavant. C'est donc une grosse satisfaction car l'objectif de qualification pour les championnats de France a été atteint même s'il y avait de la place pour gagner cette compétition régionale», confiait son coach et mentor Didier Cucchi. 

A Saint-Quentin-en-Yvelines, Clément partira vraiment dans l'inconnu, sans trop de repères mais avec l'ambition d'aller le plus loin possible sur les tatamis et surtout de prendre du plaisir dans ses différents combats. Juste avant cette échéance majeure, il tâchera aussi de décrocher une ceinture noire à Jurançon. Riche programme de fin d'année donc pour ce jeune judoka.

Clément séléctioné pour les France

Grand espoir du Judo-Club villeneuvois, Clément Menaud vient d'atteindre son objectif de fin d'année. En effet, le week-end dernier, lors des championnats de la Nouvelle-Aquitaine à Lormont, il est no...

Grand espoir du Judo-Club villeneuvois, Clément Menaud vient d'atteindre son objectif de fin d'année. En effet, le week-end dernier, lors des championnats de la Nouvelle-Aquitaine à Lormont, il est non seulement monté sur le podium, en décrochant le bronze mais il a surtout validé son ticket pour participer aux championnats de France minimes programmés les 9 et 10 décembre à Saint-Quentin-en-Yvelines. En Gironde,...

lire

Nous l'avions rencontré sur les tatamis du Judo-Club villeneuvois la saison dernière mais Clément Menaud n'a pas changé. Ce garçon de 14 ans est toujours aussi discret, introverti, ayant du mal à exprimer ses sentiments mais par contre en compétition, c'est un vrai guerrier qui a beaucoup de talent. Il vient de le démontrer une nouvelle fois lors d'un circuit de la Nouvelle-Aquitaine à Eysines, en montant sur la deuxième marche du podium.

Dans un plateau relevé, comprenant 60 athlètes, Clément est monté crescendo dans cette compétition, échouant logiquement en finale face à un Bordelais beaucoup plus grand, plus aguerri et surtout au judo un peu plus élaboré. Un résultat qui satisfait son père spirituel et entraîneur Didier Cucchi. «Clément possède une marge de progression importante. Sur le tatami, il est encore un peu trop gentil avec ses adversaires. Il faut qu'il se fasse un peu plus violence et qu'il soit plus agressif dans ses combats».

Championnats de la Nouvelle-Aquitaine
Le jeune Villeneuvois aura l'occasion de tirer une nouvelle fois son épingle du jeu le 5 novembre lors des championnats de la Nouvelle- Aquitaine à Lormont. «Attention, les 3 premiers seront directement qualifiés pour les championnats de France minimes à Paris en décembre».

Un objectif dans le domaine du réalisable pour Clément à condition qu'il mette en application les consignes et les conseils de son entraîneur.

Et puis cette fin d'année sera chargée pour ce grand espoir du Judo Club villeneuvois qui doit passer également sa ceinture noire.

A noter enfin qu'avant toutes ces échéances, Didier Cucchi profitera des vacances de Toussaint pour effectuer un stage à Ibiza en compagnie d'une championne belge.

Tous les gamins qui veulent s'initier au judo dans le dojo du complexe sportif peuvent contacter Didier Cucchi au 06 20 33 43 34.

Clément Menaud confirme son talent

Nous l'avions rencontré sur les tatamis du Judo-Club villeneuvois la saison dernière mais Clément Menaud n'a pas changé. Ce garçon de 14 ans est toujours aussi discret, introverti, ayant du mal à expr...

Nous l'avions rencontré sur les tatamis du Judo-Club villeneuvois la saison dernière mais Clément Menaud n'a pas changé. Ce garçon de 14 ans est toujours aussi discret, introverti, ayant du mal à exprimer ses sentiments mais par contre en compétition, c'est un vrai guerrier qui a beaucoup de talent. Il vient de le démontrer une nouvelle fois lors d'un circuit de la Nouvelle-Aquitaine à Eysines, en montant sur la deux...

lire

C'est vrai qu'Aude-Axelle Okobe, 13 ans, est une vraie petite pépite d'or au Judo-Club villeneuvois. Malgré son jeune âge, cette demoiselle originaire de la Côte d'Ivoire est déjà douée sur les tatamis avec de la maîtrise technique, de la souplesse et surtout un énorme mental. Et cette belle alchimie a encore porté ses fruits lors d'un récent tournoi départemental minimes disputé au Temple-sur-Lot. Avec deux combats parfaitement maîtrisés par la petite perle noire et une médaille d'or autour du cou. Du bon travail ayant un peu contrasté avec ses championnats régionaux à Dax où Aude-Axelle s'était un peu ratée face à une athlète largement à sa portée. «Elle a su remettre les pendules à l'heure avec beaucoup plus d'agressivité dans ses combats», se réjouissait son coach Didier Cucchi. Performante dans le travail des hanches pour faire basculer ses adversaires, cette ceinture marron doit encore s'améliorer dans l'immobilisation au sol. «Mon objectif, c'est justement de progresser, d'améliorer mes petits points faibles et d'obtenir une ceinture noire dans 2 ans», explique la jeune élève de 5e au collège Anatole-France.

En lice pour les championnats du Grand Sud-Ouest
Et puis, le 6 mai, elle tâchera de briller à nouveau lors des championnats du Grand Sud-Ouest à Bordeaux. Une compétition très relevée au cours de laquelle cette demoiselle très timide et très introvertie pourra décrocher un ticket pour les championnats de France minimes dans sa catégorie des — 52 kg. «Elle en a le potentiel ! Il faut qu'elle atteigne cet objectif», martèle Didier Cucchi tandis que sa maman Dominique arbore un sourire. «C'est vrai que je suis sa première supportrice mais j'assiste à distance à ses combats car je ne veux pas lui faire partager mon stress. C'est plutôt son grand frère Yann qui suit régulièrement ses performances». Brillante en judo et certainement promise à une belle carrière, Aude-Axelle tire aussi son épingle du jeu en athlétisme, notamment sur le 100 m ou dans les lancers du poids et du javelot. «Je participe aussi aux compétitions UNSS avec mon collège». Riche programme sportif donc toute la semaine pour celle qui veut tout naturellement devenir professeur d'éducation physique dans quelques années.

la dernière petite perle

C'est vrai qu'Aude-Axelle Okobe, 13 ans, est une vraie petite pépite d'or au Judo-Club villeneuvois. Malgré son jeune âge, cette demoiselle originaire de la Côte d'Ivoire est déjà douée sur les tatami...

C'est vrai qu'Aude-Axelle Okobe, 13 ans, est une vraie petite pépite d'or au Judo-Club villeneuvois. Malgré son jeune âge, cette demoiselle originaire de la Côte d'Ivoire est déjà douée sur les tatamis avec de la maîtrise technique, de la souplesse et surtout un énorme mental. Et cette belle alchimie a encore porté ses fruits lors d'un récent tournoi départemental minimes disputé au Temple-sur-Lot. Avec deux combats...

lire

C'est vrai qu'elle s'en souviendra longtemps Victoria Barel de cette compétition régionale à Toulouse. D'abord car sous les yeux de sa plus fidèle supportrice et maman Françoise, elle a décroché de belle manière la ceinture noire après deux combats victorieux quasi similaires avec un waza-ari suivi d'une immobilisation au sol. Et puis surtout parce que, juste après sa deuxième victoire, elle a pensé fortement à son ami, trop tôt disparu. Avec quelques larmes perlant de son visage. «J'ai perdu tout récemment un camarade d'une maladie et je voulais tout naturellement lui dédier cette ceinture noire». Elle a donc du cœur et beaucoup de valeurs humaines Victoria, qui a rejoint le Judo-Club villeneuvois il y a tout juste un an.

Un an de préparation, de sacrifices aux entraînements pour peaufiner sa technique de combat, pour être encore plus forte physiquement et mentalement, pour atteindre son Graal tout simplement.

Au Temple-sur-Lot le 2 avril
Douée sur les tatamis, cette jeune demoiselle de 17 ans, qui va repasser ses katas pour aller chercher peut-être le deuxième dan et franchir un palier supplémentaire, est aussi une trompettiste pleine de talent dans un groupe d'harmonie. Comme quoi, sport et musique font souvent bon ménage. Préparant actuellement un bac pro logistique à Marmande, Victoria pense aussi à son avenir professionnel. «Je vais peut-être tenter ma chance dans l'armée sur le plan logistique». Pratiquant le judo depuis sa plus tendre enfance, cette jeune étudiante ne manque pas d'ambitions avec toujours dans son rétroviseur sa mère Françoise qui est aussi sa confidente, son agent, son chauffeur, suivant de près les exploits de sa petite princesse Victoria.

Et le 2 avril, au Temple-sur-Lot, mère et fille seront bien évidemment au rendez-vous de la coupe départementale des cadettes. En moins de 57 kg, la nouvelle ceinture noire du Judo-Club villeneuvois tâchera de briller sur les tatamis, de surprendre ses adversaires et de monter peut-être sur le podium. C'est tout le mal qu'on peut lui souhaiter.

Victoria ceinture noire

C'est vrai qu'elle s'en souviendra longtemps Victoria Barel de cette compétition régionale à Toulouse. D'abord car sous les yeux de sa plus fidèle supportrice et maman Françoise, elle a décroché de be...

C'est vrai qu'elle s'en souviendra longtemps Victoria Barel de cette compétition régionale à Toulouse. D'abord car sous les yeux de sa plus fidèle supportrice et maman Françoise, elle a décroché de belle manière la ceinture noire après deux combats victorieux quasi similaires avec un waza-ari suivi d'une immobilisation au sol. Et puis surtout parce que, juste après sa deuxième victoire, elle a pensé fortement à son a...

lire

Si vous le croisez sur votre chemin, son visage d'ange vous inspirera certainement une grande sagesse et beaucoup de sérénité, de calme. En revanche, sur un tatami, Clément Menaud est un autre personnage, beaucoup plus agressif, sachant rapidement sortir ses griffes lorsque cela est nécessaire. Ainsi, lors d'un circuit Aquitaine minimes organisé au Temple-sur-Lot, le jeune athlète du Judo-Cub villeneuvois n'a pas été trop tendre avec ses adversaires dans la catégorie des moins de 55 kg. Avec beaucoup de méthodologie, de patience et de stratégie également, le collégien de Crochepierre de 14 ans a respecté à la lettre les consignes de son coach Didier Cucchi, en gagnant pratiquement tous ses combats avec de la puissance mais aussi de l'intelligence. En revanche, en finale, Clément n'a rien pu faire sur un balayage sec, lui ayant coupé la respiration. «J'ai été surpris en début de combat et cela est arrivé très vite mais je suis quand même satisfait de mon parcours dans cette compétition». Une belle médaille d'argent venant récompenser tous les efforts du jeune garçon, passionné de judo depuis maintenant sept ans. «Actuellement, je suis ceinture marron et je vise bien évidemment la ceinture noire, soit à la fin de cette année 2017, soit en début d'année prochaine». Avec aussi un rêve qui lui trotte dans la tête depuis un petit moment. «Actuellement, je ne suis pas encore fixé sur mon avenir professionnel mais j'aimerais bien devenir plus tard professeur de judo et intervenir dans plusieurs clubs en Lot-et-Garonne. Ce serait vraiment génial». En attendant d'assouvir son rêve, Clément veut franchir de nouveaux paliers dans sa discipline favorite, monter progressivement dans la hiérarchie et tirer son épingle du jeu dans les différentes compétitions. Clément Menaud, un garçon qu'il faudra suivre de près au Judo-Club villeneuvois car il est certainement promis à une belle carrière.

un jeune athlète au double visage

Si vous le croisez sur votre chemin, son visage d'ange vous inspirera certainement une grande sagesse et beaucoup de sérénité, de calme. En revanche, sur un tatami, Clément Menaud est un autre personn...

Si vous le croisez sur votre chemin, son visage d'ange vous inspirera certainement une grande sagesse et beaucoup de sérénité, de calme. En revanche, sur un tatami, Clément Menaud est un autre personnage, beaucoup plus agressif, sachant rapidement sortir ses griffes lorsque cela est nécessaire. Ainsi, lors d'un circuit Aquitaine minimes organisé au Temple-sur-Lot, le jeune athlète du Judo-Cub villeneuvois n'a pas été...

lire

La ceinture noire, c'est un peu le Graal de tous les judokas qui travaillent dur pour franchir ce palier du haut niveau. Et certains d'entre eux patientent parfois de très longues années pour pouvoir atteindre cet objectif. C'est le cas de Christophe Latour du Judo-Club villeneuvois qui vient de franchir ce cap très symbolique à l'âge de 42 ans. Chef d'entreprise à Allez-et-Cazeneuve (son père est le maire de la commune), spécialiste dans la restauration pour les hôtels de luxe, ce joli bébé de 100 kg voyage beaucoup dans tout l'hexagone, notamment dans la capitale et dans le nord de la France. Il lui est difficile donc s'entraîner régulièrement sur les tatamis avec son «grand frère» Didier Cucchi. «Lorsque j'avais entre 13 et 17 ans, j'effectuais 4 séances de travail par semaine dans le dojo.» Des efforts vite récompensés par des lauriers dans les championnats départementaux et régionaux. Mais par la suite, la carrière professionnelle de Christophe a pris le dessus sur sa discipline favorite qu'il pratique depuis l'âge de 4 ans. «Avant de monter ma propre boîte, j'ai bossé dans l'hôtellerie. Je suis parti aux USA puis en Angleterre.» Mais ce dur au mal sur les tapis, celui qui possède un mental d'acier n'a jamais abandonné le kimono et ses amis du Judo Club villeneuvois, s'entraînant désormais quand il le peut 2 fois par semaine. Depuis plus d'un an, poussé par son mentor Didier Cucchi, ce quadragénaire bien sympathique lorgnait cette fameuse ceinture noire. «Il me manquait juste 10 points pour l'obtenir.» Alors, il y a quelques jours, lors d'une compétition régionale à Dax, Christophe est monté sur le tatami avec la rage de vaincre. Après un petit ippon et seulement 30 secondes de combat, Latour a pris de la hauteur, affichant un grand sourire et de la fierté sous les yeux de son grand ami de toujours. L'affaire était dans le sac. «Maintenant, le judo ne sera que du pur bonheur pour moi et des moments de partage avec mes amis. Il n'y aura plus de compétition officielle» confiait l'autre soir cette idole de David Douillet, ayant eu aussi la chance de faire un stage par le passé avec des grands champions comme Thierry Rey et Angelo Parisi.

Christophe de la hauteur

La ceinture noire, c'est un peu le Graal de tous les judokas qui travaillent dur pour franchir ce palier du haut niveau. Et certains d'entre eux patientent parfois de très longues années pour pouvoir...

La ceinture noire, c'est un peu le Graal de tous les judokas qui travaillent dur pour franchir ce palier du haut niveau. Et certains d'entre eux patientent parfois de très longues années pour pouvoir atteindre cet objectif. C'est le cas de Christophe Latour du Judo-Club villeneuvois qui vient de franchir ce cap très symbolique à l'âge de 42 ans. Chef d'entreprise à Allez-et-Cazeneuve (son père est le maire de la comm...

lire

Ce tournoi de Paris, c'était un peu ses championnats du monde à lui. C'était une compétition internationale qu'il avait cochée sur son petit agenda depuis déjà de nombreux mois. Et quelques jours avant de rejoindre la capitale et Bercy, Royal Rakotaorivony nous avait fait partager ses ambitions, ses rêves. «J'espère que pour ma deuxième participation au grand slam de Paris, je franchirais au moins 2 tours». C'est vrai que l'an passé, ce jeune Malgache de 22 ans, adopté par le Judo-Club villeneuvois, avait été un peu secoué sur le tatami par un Argentin, 45e mondial. Alors, cette année, il était motivé comme jamais Royal, avec le soutien de tous ses amis villeneuvois, à commencer par son mentor Didier Cucchi mais aussi de tous ses frères de sang de cette superbe île de Madagascar sur les bords de l'océan Indien. Et au complexe sportif, il n'avait pas ménagé ses efforts, débordant d'énergie et de volonté, perlant de sueur après des entraînements intenses, rudes.

Farmonov lui barre la route
Des sacrifices, il en avait fait tout l'automne et tout cet hiver pour être prêt le jour J et pour honorer avec courage et fierté son kimono. Mais dans cette piste aux étoiles de Bercy, dans la crème des crèmes du judo mondial, Royal a trouvé samedi sur son chemin ce diable de Farmonov, un Ouzbèque classé 31e sur le plan international, un dur à cuire quoi. Dès le tirage au sort effectué la veille, Royal savait que son combat ne serait pas une sinécure et qu'il serait obligé d'aller au bout de ses efforts et de ses limites pour réaliser un exploit. Et il a fait de la résistance le jeune Malgache, se donnant à fond sur le tatami, essayant de trouver des solutions pour déstabiliser son adversaire mais cela n'a pas suffi. Une nouvelle fois, dès le premier tour, ses illusions et ses rêves se sont brisés brutalement. Une nouvelle fois, c'est la tristesse et la déception qui se lisaient sur le visage de Royal. «C'est tout de même un combat encourageant», lâchait à chaud son coach Didier Cucchi. Une défaite honorable qui doit permettre au jeune Malgache du Judo-Club villeneuvois d'y croire encore et de poursuivre sa progression.

Les Thierry Rey, David Douillet et plus près de nous, Teddy Riner ne sont pas devenus des grands champions du jour au lendemain. Ils ont tutoyé les étoiles après avoir franchi des paliers et enduré de longs mois de souffrance. Royal ne sera peut-être jamais champion olympique comme toutes ces légendes du judo mondial mais avec le temps, le travail et la patience aussi, il connaîtra forcément des lendemains qui chantent. Et même si sur son réseau social, il s'est presque excusé auprès de ses amis d'avoir perdu son combat face Farmonov, en reconnaissant qu'il fallait qu'il s'entraîne à nouveau, il faut qu'il sache que cela ne reste que du sport. Il faut qu'il sache également qu'il est jeune et que son objectif de participer à Tokyo en 2024 est loin d'être utopique. A condition d'y croire et de remettre rapidement le bleu de chauffe sur les tatamis du complexe sportif de Villeneuve !

s'armer de patience

Ce tournoi de Paris, c'était un peu ses championnats du monde à lui. C'était une compétition internationale qu'il avait cochée sur son petit agenda depuis déjà de nombreux mois. Et quelques jours avan...

Ce tournoi de Paris, c'était un peu ses championnats du monde à lui. C'était une compétition internationale qu'il avait cochée sur son petit agenda depuis déjà de nombreux mois. Et quelques jours avant de rejoindre la capitale et Bercy, Royal Rakotaorivony nous avait fait partager ses ambitions, ses rêves. «J'espère que pour ma deuxième participation au grand slam de Paris, je franchirais au moins 2 tours». C'est vra...

lire

Les championnats du Lot-et-Garonne en cadets se déroulaient le week-end dernier au Temple-sur-Lot. Et le Judo-Club-Villeneuvois de Didier Cucchi peut être satisfait des résultats obtenus par ses athlètes avec 3 podiums. Il faisait partie des favoris dans la catégorie des moins de 66 kilos et Ismael Cedah a été à la hauteur de l'événement, en réalisant de beaux combats dans son tableau, se faisant juste surprendre en finale avec une toute petite erreur au sol, lourde de conséquences. Mais le grand espoir du club attend maintenant avec impatience le rendez-vous du 19 février à Limoges avec les demi-finales du championnat de France qui pourraient lui apporter à nouveau de grosses satisfactions. En moins de 73 kg, Rémi Bouder à réussi à se hisser sur la troisième marche du podium. Idem pour Victoria Barel chez les moins de 57 kg. Enfin, s'il n'est pas reparti avec une médaille autour du cou comme ses petits camarades, Ewan Chapuzet, cadet 1ère année a réalisé de belles performances dans sa catégorie des moins de 60 kg et devrait poursuivre tranquillement sa marge de progression.

3 podiums

Les championnats du Lot-et-Garonne en cadets se déroulaient le week-end dernier au Temple-sur-Lot. Et le Judo-Club-Villeneuvois de Didier Cucchi peut être satisfait des résultats obtenus par ses athlè...

Les championnats du Lot-et-Garonne en cadets se déroulaient le week-end dernier au Temple-sur-Lot. Et le Judo-Club-Villeneuvois de Didier Cucchi peut être satisfait des résultats obtenus par ses athlètes avec 3 podiums. Il faisait partie des favoris dans la catégorie des moins de 66 kilos et Ismael Cedah a été à la hauteur de l'événement, en réalisant de beaux combats dans son tableau, se faisant juste surprendre en...

lire

Il y a un an jour pour jour, il quittait son île de Madagascar pour rejoindre la bastide et son mentor Didier Cucchi, du Judo-Club villeneuvois. Un an pour s'adapter à un nouvel environnement, une nouvelle culture et pour mesurer tout le travail qu'il lui restait à accomplir dans l'univers de ce sport de combat, demandant beaucoup d'efforts et de sacrifices. Alors, depuis un an, Royal Rakotoarivony a appris, a observé, s'est façonné un mental plus solide et une technique de combat plus adaptée au haut niveau. «Il a encore beaucoup à apprendre mais il a progressé dans tous les secteurs», confesse son maître et parrain Didier Cucchi. Mais une chose est sûre, depuis qu'il a posé ses valises en France, le jeune homme de 22 ans (il vient de fêter son anniversaire) a été adopté par sa seconde famille, celle du Judo-Club villeneuvois. «Il existe un superbe feeling entre lui et les licenciés du club, notamment les jeunes. Je peux partir sans souci une semaine et lui confier les clés du club.»

Mais au-delà de l'aspect affectif, le jeune Malgache veut maintenant des résultats sur les tatamis.

2016 a été l'année de découverte, de son premier vrai combat international lors du tournoi de Paris face à un Argentin, 45e mondial.

2017 doit être l'année de la confirmation et des premiers dividendes du gros travail fourni depuis plusieurs mois. «Pour lui, l'objectif numéro 1, c'est une participation aux JO de Tokyo en 2020», lâche Didier Cucchi. Mais pour Royal, le challenge le plus proche, c'est le tournoi de Paris, les 10 et 11 février prochain. «Il faut vraiment que je passe deux tours cette année pour que la Fédération malgache me remarque.»

Un objectif certainement difficile à atteindre mais Roya, l qui prépare le grand Slam de Paris depuis longtemps, ne manque pas de motivation et d'énergie positive. 2017 sera une année chargée pour lui avec certainement une participation aux championnats d'Afrique à Madagascar, du 14 au 16 avril, et peut-être une opportunité d'être aussi de la fête aux championnats du monde à Budapest, du 25 au 28 août.

En tout cas, bon vent à Royal, doté vraiment d'un excellent état d'esprit !

Objectif Tokyo

Il y a un an jour pour jour, il quittait son île de Madagascar pour rejoindre la bastide et son mentor Didier Cucchi, du Judo-Club villeneuvois. Un an pour s'adapter à un nouvel environnement, une nou...

Il y a un an jour pour jour, il quittait son île de Madagascar pour rejoindre la bastide et son mentor Didier Cucchi, du Judo-Club villeneuvois. Un an pour s'adapter à un nouvel environnement, une nouvelle culture et pour mesurer tout le travail qu'il lui restait à accomplir dans l'univers de ce sport de combat, demandant beaucoup d'efforts et de sacrifices. Alors, depuis un an, Royal Rakotoarivony a appris, a observ...

lire

Nous l'avions quitté récemment devant le château «Le Stelsia» à Saint-Sylvestre, nous l'avons retrouvé l'autre soir au dojo du Judo-Club villeneuvois. Depuis son arrivée sur les bords du Lot début janvier, Royal Rakotoarivony, jeune champion de judo malgache, est comme un poisson dans l'eau, bien encadré il est vrai par son maître spirituel Didier Cucchi. «Il m'a accueilli dans sa famille comme si j'étais son propre fils, se réjouit Royal. Ce séjour dans la bastide va bien au-delà de mes attentes, que ce soit sur le plan humain ou au niveau de mon propre judo. J'ai pu mettre en pratique des techniques de combat que je ne connaissais pas auparavant et que j'ai pu découvrir avec Didier. Franchement, je me sens plus fort à la fois physiquement et mentalement».

«Toujours à la recherche d'un petit conseil»
Sur la page de couverture de son réseau social, le jeune homme de 21 ans n'a pas hésité à mettre l'affiche du prochain tournoi mondial de Paris, programmé les 6 et 7 février. «Jamais un judoka malgache n'a franchi un tour dans ce tournoi très relevé. Eh bien, je vais essayer de rentrer dans l'histoire en gagnant au moins un combat. Je sais que cela va être très dur mais c'est possible». En tout cas, il l'a bien préparé cette grosse échéance notre ami, travaillant sans cesse sur le tatami avec Didier Cucchi et d'autres judokas, souffrant également dans la salle de musculation.

«C'est un garçon d'une extrême gentillesse qui est toujours à la recherche d'un petit conseil et qui est toujours respectueux avec tout le monde», insiste Didier Cucchi. À tel point que Royal s'est parfaitement intégré au Judo-Club villeneuvois, dirigeant l'échauffement des athlètes l'autre soir avec toujours un petit sourire malicieux. «Cela me fait plaisir d'aider ce club et de donner un coup de main à tous ces jeunes».

Se déplaçant désormais dans la bastide avec son scooter, le jeune Malgache n'hésite pas à flâner dans les rues du centre-ville, à prendre des photos pour immortaliser ces bons souvenirs et à les poster sur son réseau social. Il est heureux tout simplement. Et il le sera encore plus s'il parvient à réaliser un bon tournoi de Paris, la semaine prochaine…

gagner son paris

Nous l'avions quitté récemment devant le château «Le Stelsia» à Saint-Sylvestre, nous l'avons retrouvé l'autre soir au dojo du Judo-Club villeneuvois. Depuis son arrivée sur les bords du Lot début jan...

Nous l'avions quitté récemment devant le château «Le Stelsia» à Saint-Sylvestre, nous l'avons retrouvé l'autre soir au dojo du Judo-Club villeneuvois. Depuis son arrivée sur les bords du Lot début janvier, Royal Rakotoarivony, jeune champion de judo malgache, est comme un poisson dans l'eau, bien encadré il est vrai par son maître spirituel Didier Cucchi. «Il m'a accueilli dans sa famille comme si j'étais son propre...

lire

Mercredi 27 mai, à 19 heures, au dojo de la Myre-Mory, Paul Emile Zafar s'est vu remettre la ceinture noire de judo des mains de son professeur Didier Cucchi.

Avec beaucoup d'humilité il parle de cette célébration et de son avenir avec le judo : «J'ai obtenu les points qu'il fallait pour obtenir la ceinture, au dernier Championnat Régional Junior à Lormont. Même si je n'ai pas remporté la compétition, mon objectif était cette ceinture noire. Je suis très heureux de la porter. Ça fait 10 ans que je pratique le judo, dans le même club, on s'y sent bien. Didier m'a beaucoup aidé pour accéder à ce grade. Il me reste encore du travail à accomplir pour gagner les autres Dans.» Didier rajoute : «Paul Emile a été vice champion du Lot et Garonne, il mérite vraiment cette ceinture noire, je l'ai nargué avec pendant quelques jours, pour rigoler. Il va passer son bac à la fin de l'année, ce sera une formalité.» Didier a souhaité faire la remise de ceinture à la japonaise, un cérémonial exécuté en présence des autres judokas. Quand on demande à Paul Emile ce qu'il compte faire après, il répond humblement «continuer à faire du judo, pourquoi pas gagner des titres et accéder au niveau national, mais surtout garder le plaisir de faire du judo.»

Anthony Vergniol troisième au championnat d'Aquitaine juniors

À la fin de la cérémonie, c'est au tour d'Anthony Vergniol de parler de sa troisième place au championnat d'Aquitaine en juniors — 66 kg : «Après avoir fait mes premiers combats correctement, je suis totalement passé à côté de ma demi-finale, j'ai tenté de contrer mon adversaire, mais j'ai complètement raté mon geste et il s'est retourné contre moi en prenant un Ipon. J'ai malgré tout été repêché parmi les meilleurs troisièmes pour participer au championnat de France, mais pareil, je l'ai loupé et du coup je ne suis pas qualifié. Cela ne me rend pas triste, je suis très content de cette troisième place. On verra l'année prochaine. En attendant je vais me concentrer pour gagner les quelques points qu'il me manque pour obtenir mon troisième dan le 6 juin prochain à Lormont.»

Paul Emile ceinture noire

Mercredi 27 mai, à 19 heures, au dojo de la Myre-Mory, Paul Emile Zafar s'est vu remettre la ceinture noire de judo des mains de son professeur Didier Cucchi. Avec beaucoup d'humilité il parle de c...

Mercredi 27 mai, à 19 heures, au dojo de la Myre-Mory, Paul Emile Zafar s'est vu remettre la ceinture noire de judo des mains de son professeur Didier Cucchi. Avec beaucoup d'humilité il parle de cette célébration et de son avenir avec le judo : «J'ai obtenu les points qu'il fallait pour obtenir la ceinture, au dernier Championnat Régional Junior à Lormont. Même si je n'ai pas remporté la compétition, mon objectif...

lire

Anthony Vergniol, jeune Judoka du Judo-Club villeneuvois, vient d'obtenir son deuxième dan. «La compétition a eu lieu à Pau, non pas dans ma catégorie — de 66 kg, mais dans une catégorie adaptée pour l'occasion, les 64-72 kg. Cette compétition s'appelle un show dan, elle est spécialement conçue pour marquer des points en combat. Comme j'avais déjà passé mes katas, il me manquait 12 points pour obtenir ce deuxième dan, j'en ai eu 17, que demander de plus ? J'ai participé à la compète avec Yohann Imber qui est dans le même club que moi. Le niveau était assez compliqué, en plus nous sommes en début de saison et nous ne sommes pas encore bien préparés pour la compétition. Mais bon, voilà, j'ai eu ce que je voulais, maintenant il va falloir que j'attende 3 ans pour pouvoir passer au troisième dan. Pour l'obtenir il faudra que je gagne 120 points compétition, que je présente deux katas ainsi que mon niveau d'arbitrage» déclare t il. Mais il ne compte pas en rester là, il a déjà en vue d'obtenir son cinquième et dernier dan mais cela ne se fera pas avant une douzaines d'années. Une belle preuve d'amour pour son sport.

Ceintures et dan
Les ceintures de couleur blanche à marron correspondent à des grades nommés kyu : du 9e kyu représenté par la ceinture blanche jusqu'au 1er kyu par la ceinture marron. Les grades inférieurs à la ceinture noire sont délivrés par un professeur de judo diplômé. Au-dessus des kyu, les niveaux sont nommés dan (degré) : du 1er dan au 5e dan, la ceinture est noire ; les 6e, 7e et 8e dan sont représentés par une ceinture à larges bandes rouges et blanches alternées, les 9e et 10e dan par une ceinture rouge. Après la ceinture rouge, il y a une ceinture blanche large (11e et 12e dans).

et de deux pour anthony vergniol

Anthony Vergniol, jeune Judoka du Judo-Club villeneuvois, vient d'obtenir son deuxième dan. «La compétition a eu lieu à Pau, non pas dans ma catégorie — de 66 kg, mais dans une catégorie adaptée pour...

Anthony Vergniol, jeune Judoka du Judo-Club villeneuvois, vient d'obtenir son deuxième dan. «La compétition a eu lieu à Pau, non pas dans ma catégorie — de 66 kg, mais dans une catégorie adaptée pour l'occasion, les 64-72 kg. Cette compétition s'appelle un show dan, elle est spécialement conçue pour marquer des points en combat. Comme j'avais déjà passé mes katas, il me manquait 12 points pour obtenir ce deuxième dan...

lire

Le judo est un art martial, un sport de combat et un principe de vie d'origine japonaise (budo), fondé par Jigoro Kano en 1882. 70 ans plus tard, en octobre 1952, le Judo-club de Villeneuvois était créé à son tour.

Emmené depuis plus de 35 ans par Didier Cucchi, 6e dan et professeur diplômé d'état, le judo prend un tout autre sens.

Dès leur plus jeune âge (5-7 ans) les petits peuvent s'initier à cet art majeur en réalisant de vraies prises ; comme en témoigne Paulin, 6 ans et demi, ceinture blanche 3e échelon : «C'est un sport que j'adore, on y apprend pleins de prises, à faire le crocodile (N.D.L.R.échauffement qui consiste à ramper comme cet animal), etc. C'est très motivant» explique-t-il.

Face à ses futurs champions et championnes, car le judo n'est pas qu'une affaire de garçons, Didier adopte une philosophie de travail «d'une seule et même discipline» en les suivant depuis leur plus jeune âge, sans changer de professeur.

Une école de la vie
Il crée ainsi une vraie symbiose qui se pérennise jusqu'à l'âge adulte. Pendant les entraînements, les petits et grands judokas apprennent les techniques de chutes, les prises d'immobilisations, mais aussi les échauffements, particulièrement appréciés d'Alexandre, 6 ans et demi aussi, qui fait du judo depuis deux ans : «Ce que j'aime dans ce sport ce sont les flexions des jambes que l'on fait à l'échauffement. Mais aussi les petits matchs entre nous, on se fait tomber et on se fait des prises», décrit-il en joignant le geste à la parole et en imitant la chute. Effectivement, pour bien apprendre toutes les ficelles de ce sport, rien de tel qu'un combat entre élèves, sous l'œil affûté du professeur qui prodigue ses conseils pour effectuer de bonnes prises et de bons mouvements. Mais le judo, ce n'est pas que des combats, c'est aussi une «école de la vie».

On y apprend des valeurs morales comme le courage, le respect, l'humilité et la loyauté. Avant de se lancer dans une grande aventure et de devenir le futur Teddy Riner, Didier donne la possibilité aux jeunes de venir 1 à 2 fois gratuitement pour découvrir et apprécier ce sport.

Judo-Club villeneuvois, complexe de la Myre-Mory à Villeneuve-sur-Lot. Président : Didier Cucchi. Tél : 06 20 33 43 34, mél : cucchi.didier@neuf.fr. Entraînements : le mercredi de 10 h 30 à 20 h 30, pour les 3/4 ans ; le vendredi de 17 h 30 à 21 heures pour les 5/7 ans ; lundi et jeudi de 19 heures à 21 heures self-défense par Yvan Simon.

c'est renversant

Le judo est un art martial, un sport de combat et un principe de vie d'origine japonaise (budo), fondé par Jigoro Kano en 1882. 70 ans plus tard, en octobre 1952, le Judo-club de Villeneuvois était cr...

Le judo est un art martial, un sport de combat et un principe de vie d'origine japonaise (budo), fondé par Jigoro Kano en 1882. 70 ans plus tard, en octobre 1952, le Judo-club de Villeneuvois était créé à son tour. Emmené depuis plus de 35 ans par Didier Cucchi, 6e dan et professeur diplômé d'état, le judo prend un tout autre sens. Dès leur plus jeune âge (5-7 ans) les petits peuvent s'initier à cet art majeur...

lire

Bernard Touchlloyan n'ayant pu être avec les judokas villeneuvois, «vaincu par son dentiste», c'est Michel Brousse, éminent spécialiste du judo mondial, universitaire reconnu, 7e dan de judo, qui a été reçu par le Judo-Club villeneuvois, le jeudi 4 avril.

Un rendez-vous très apprécié des judokas, petits et grands, qui ont pu s'entraîner avec Michel Brousse, pour leur plus grand plaisir. 

Michel Brousse et le président Didier Cucchi ont ensuite dîné à «La Table ovale».

Michel Brousse

Bernard Touchlloyan n'ayant pu être avec les judokas villeneuvois, «vaincu par son dentiste», c'est Michel Brousse, éminent spécialiste du judo mondial, universitaire reconnu, 7e dan de judo, qui a ét...

Bernard Touchlloyan n'ayant pu être avec les judokas villeneuvois, «vaincu par son dentiste», c'est Michel Brousse, éminent spécialiste du judo mondial, universitaire reconnu, 7e dan de judo, qui a été reçu par le Judo-Club villeneuvois, le jeudi 4 avril. Un rendez-vous très apprécié des judokas, petits et grands, qui ont pu s'entraîner avec Michel Brousse, pour leur plus grand plaisir. Michel Brousse et le pr...

lire

Anthony Vergniol, du Judo-Club villeneuvois, a obtenu à la mi-mai sa ceinture noire. Une satisfaction pour cet adolescent âgé de 15 ans qui évolue en catégorie cadets première année moins de 60 kg. « C'était le 14 mai, à Lormont, lors d'un show dan. 

Le matin, j'ai passé les katas. L'après-midi, j'ai marqué les six points qu'il me manquait pour obtenir la ceinture noire, explique Anthony, qui pratique le judo depuis l'âge de 5 ans.

J'ai commencé à Villeréal. Tous mes copains faisaient du judo. Cela m'a plus, j'ai continué. Cela fait deux que je suis au Judo-Club villeneuvois ». 

Une belle récompense pour ce jeune homme qui va retrouver la compétition le samedi 4 juin, à Ceyrat (Puy-de-Dôme), avec la Coupe de France. « C'est en mars dernier, au Temple-sur-Lot, que j'ai obtenu la qualification pour la Coupe de France, en terminant premier dans ma catégorie », précise le judoka, qui espère bien se comporter sur les tatamis pour ce rendez-vous. 

Ses atouts : l'endurance, l'observation de son adversaire. « Il faut que je travaille davantage ma technique, elle a besoin d 'être peaufinée ». Afin d'être fin prêt pour la Coupe de France, Anthony s'entraîne encore et encore : musculation, pompes, abdominaux, course, technique sur des placements, travail sur des situations précises… « J'espère terminer le mieux possible ». 

Anthony ne se met pas la pression et espère faire tomber ses adversaires les uns après les autres afin d'aller le plus loin possible et de se rapprocher au maximum du podium… 

Elève au collège Cap-del-Pech à Monflanquin, Anthony Vergniol entrera en seconde au lycée Georges-Leygues à la prochaine rentrée et passer, en septembre prochain, cadet deuxième année.

Quand on lui demande les qualités qu'il faut pour pratiquer le judo, il répond, très sérieusement : « Il faut être équilibré, avoir envie d'aller au bout de soi-même. 

Il faut un peu de physique si on a envie d'aller plus loin ». Aller plus loin, c'est tout ce qu'on lui souhaite le 4 juin, à Ceyrat. J.F.

Ceintures et dan

Les ceintures de couleurs blanche à marron correspondent à des grades nommés kyu : du 9e kyu représenté par la ceinture blanche jusqu'au 1er kyu par la ceinture marron. Les grades inférieurs à la ceinture noire sont délivrés par un professeur de judo diplômé. 

Au-dessus des kyu, les niveaux sont nommés dan (degré) : du 1er dan au 5e dan, la ceinture est noire ; les 6e, 7e et 8e dan sont représentés par une ceinture à larges bandes rouges et blanches alternées, les 9e et 10e dan par une ceinture rouge. 

Après la ceinture rouge, il y a une ceinture blanche large (11e et 12e dan).

Ceinture noire Anthony Vergniol

Anthony Vergniol, du Judo-Club villeneuvois, a obtenu à la mi-mai sa ceinture noire. Une satisfaction pour cet adolescent âgé de 15 ans qui évolue en catégorie cadets première année moins de 60 kg. «...

Anthony Vergniol, du Judo-Club villeneuvois, a obtenu à la mi-mai sa ceinture noire. Une satisfaction pour cet adolescent âgé de 15 ans qui évolue en catégorie cadets première année moins de 60 kg. « C'était le 14 mai, à Lormont, lors d'un show dan. Le matin, j'ai passé les katas. L'après-midi, j'ai marqué les six points qu'il me manquait pour obtenir la ceinture noire, explique Anthony, qui pratique le judo depu...

lire

Les derniers championnats de France de judo viennent de se dérouler en Dordogne.

C'est grâce aux relations de Didier Cucchique que les athlètes du Lagardère Paris Racing ont pris leurs quartiers à l'hôtel « Le Glacier » et ainsi disposer de nombreuses installations afin de préparer au mieux cette compétition. 

De nombreux curieux ont ainsi pu croiser les judokas, uniquement vus à la télé lors des J O ou des mondiaux, comme Lucie Decausse, Morgane Riboutou encore Antoine Jeannin qui a conservé son titre en moins de 81 kilos.

L'élite du judo

Les derniers championnats de France de judo viennent de se dérouler en Dordogne. C'est grâce aux relations de Didier Cucchique que les athlètes du Lagardère Paris Racing ont pris leurs quartiers à...

Les derniers championnats de France de judo viennent de se dérouler en Dordogne. C'est grâce aux relations de Didier Cucchique que les athlètes du Lagardère Paris Racing ont pris leurs quartiers à l'hôtel « Le Glacier » et ainsi disposer de nombreuses installations afin de préparer au mieux cette compétition. De nombreux curieux ont ainsi pu croiser les judokas, uniquement vus à la télé lors des J O ou des mon...

lire

Julien Martin, aux côtés de Pierre Roudanes et Didier Cucchi, tous deux ceintures noires 6e dan, vient d'obtenir son 2e dan à l'âge de 29 ans.

Rien d'extraordinaire en soi sauf que, licencié au Judo-Club villeneuvois depuis 6 ans, Julien Martin a retrouvé les tatamis après plus de dix ans d'absence dans le monde du judo. Un retour gagnant à saluer comme tel.

Retour gagnant

Julien Martin, aux côtés de Pierre Roudanes et Didier Cucchi, tous deux ceintures noires 6e dan, vient d'obtenir son 2e dan à l'âge de 29 ans. Rien d'extraordinaire en soi sauf que, licencié au Jud...

Julien Martin, aux côtés de Pierre Roudanes et Didier Cucchi, tous deux ceintures noires 6e dan, vient d'obtenir son 2e dan à l'âge de 29 ans. Rien d'extraordinaire en soi sauf que, licencié au Judo-Club villeneuvois depuis 6 ans, Julien Martin a retrouvé les tatamis après plus de dix ans d'absence dans le monde du judo. Un retour gagnant à saluer comme tel.

lire

Le Judo-Club villeneuvois triomphe bien souvent sur les tatamis d'ici et d'ailleurs. Mais le succès du club Villeneuvois se transporte également dans d'autres domaines. Ainsi, ce dimanche, le Judo-Club villeneuvois a-t-il réussi un joli coup de maître avec un vide-greniers qui attira la foule des curieux et des… vendeurs ! Tellement que l'espace de vente s'est élargi à l'espace ombragé à côté du théâtre.

vide greniers

Le Judo-Club villeneuvois triomphe bien souvent sur les tatamis d'ici et d'ailleurs. Mais le succès du club Villeneuvois se transporte également dans d'autres domaines. Ainsi, ce dimanche, le Judo-Clu...

Le Judo-Club villeneuvois triomphe bien souvent sur les tatamis d'ici et d'ailleurs. Mais le succès du club Villeneuvois se transporte également dans d'autres domaines. Ainsi, ce dimanche, le Judo-Club villeneuvois a-t-il réussi un joli coup de maître avec un vide-greniers qui attira la foule des curieux et des… vendeurs ! Tellement que l'espace de vente s'est élargi à l'espace ombragé à côté du théâtre.

lire

Sûr que Jérémy Labarbe et Julien Martin, les 2 camarades du Judo-Club-Villeneuvois ont encore des souvenirs plein la tête.

Eux qui ont vécu une grosse aventure humaine il y a quelques jours à Tokyo, capitale du Japon mais surtout capitale du judo.

Entourés de leur professeur Didier Cucchi à l'origine du voyage, d'autres compétiteurs de la région Aquitaine ainsi que du docteur Serrate, Jérémy et Julien n'ont pas eu le temps de visiter cette grande métropole de 13 millions d'habitants. Ils ont pu tout de même contempler les magnifiques gratte-ciels, se rendre dans les nombreux sanctuaires ou temples bouddhistes.

Et puis il y avait bien évidemment le côté sportif où les 2 jeunes champions villeneuvois ont croisé sur les tatamis du Kodokan (grande école japonnaise) les plus grandes vedettes du Japon. «Lors de ce stage qui a duré 15 jours, on a rencontré d'autre Européens mais aussi des Américains, Iraniens et Malgaches.

On a beaucoup à apprendre de ce pays en terme de respect et de savoir être.» Jérémy et Julien ont tellement été enchantés de leur périple à Tokyo qu'ils ont envie d'y retourner en février 2011. Rendez-vous est déjà pris.

pays du soleil levant

Sûr que Jérémy Labarbe et Julien Martin, les 2 camarades du Judo-Club-Villeneuvois ont encore des souvenirs plein la tête. Eux qui ont vécu une grosse aventure humaine il y a quelques jours à Tokyo...

Sûr que Jérémy Labarbe et Julien Martin, les 2 camarades du Judo-Club-Villeneuvois ont encore des souvenirs plein la tête. Eux qui ont vécu une grosse aventure humaine il y a quelques jours à Tokyo, capitale du Japon mais surtout capitale du judo. Entourés de leur professeur Didier Cucchi à l'origine du voyage, d'autres compétiteurs de la région Aquitaine ainsi que du docteur Serrate, Jérémy et Julien n'ont pas...

lire