Clément séléctioné pour les France

Clément séléctioné pour les France

Grand espoir du Judo-Club villeneuvois, Clément Menaud vient d'atteindre son objectif de fin d'année. En effet, le week-end dernier, lors des championnats de la Nouvelle-Aquitaine à Lormont, il est non seulement monté sur le podium, en décrochant le bronze mais il a surtout validé son ticket pour participer aux championnats de France minimes programmés les 9 et 10 décembre à Saint-Quentin-en-Yvelines.

En Gironde, ce jeune judoka de 14 ans a réalisé un très bon parcours, échouant au stade des demi-finales face à un adversaire qu'il dominait largement dans le combat mais au cours duquel il a amorcé un geste dangereux à 40 secondes du gong, ayant abouti logiquement à une disqualification.

Malgré ce coup du sort et cette énorme frustration, Clément a eu suffisamment de ressources mentales et d'énergie pour gagner son combat de repêchage et pour monter une nouvelle fois sur la boîte. «En plus, il s'impose face à un adversaire qu'il n'avait jamais pu battre auparavant. C'est donc une grosse satisfaction car l'objectif de qualification pour les championnats de France a été atteint même s'il y avait de la place pour gagner cette compétition régionale», confiait son coach et mentor Didier Cucchi.

A Saint-Quentin-en-Yvelines, Clément partira vraiment dans l'inconnu, sans trop de repères mais avec l'ambition d'aller le plus loin possible sur les tatamis et surtout de prendre du plaisir dans ses différents combats. Juste avant cette échéance majeure, il tâchera aussi de décrocher une ceinture noire à Jurançon. Riche programme de fin d'année donc pour ce jeune judoka.

judo club villeneuvois

Autres articles

Elle est toujours souriante Marie-Anne Landry mais son visage s'est illuminé encore plus depuis qu'elle vient d'adhérer au clan des ceintures noires. Une vraie satisfaction, une vraie fierté également pour ce bout de femme de 42 ans, originaire du Loiret et ayant posé ses valises dans la bastide en janvier 2015, en raison d'une mutation professionnelle de son conjoint qui est actuellement professeur à l'Institution Sainte-Catherine. «Un jour après mon arrivée sur les bords du Lot, j'ai pris la direction du dojo au complexe sportif et j'ai rencontré Didier Cucchi», explique Marie-Anne, passionnée d'arts martiaux (elle a aussi pratiqué l'aïkido et le ju-jitsu) et dont le sport demeure vraiment son équilibre et sa raison de vivre. Elle a besoin de transpirer, de se donner à fond et de perler de sueur sur un tatami mais parallèlement, elle a aussi besoin de ce contact humain, de cette chaleur avec les autres athlètes du Judo-Club villeneuvois.

Une sœur trois fois championne de Bourgogne en karaté
Chez les Landry, le sport et notamment les sports de combat semblent une évidence avec notamment sa sœur Corinne qui fut trois fois championne de Bourgogne en karaté. Alors pas étonnant de voir Marie-Anne grimper dans la hiérarchie depuis plusieurs années dans sa discipline favorite, faire preuve de courage et de volonté dans ses combats pour glaner des points précieux avant de décrocher le Graal tout récemment à Lormont. Il manquait juste 10 points à celle qui n'est pas Lion pour rien avec du caractère mais avec aussi beaucoup de sensibilité et de générosité. «Quand je vois des pauvres gens qui meurent encore de faim à notre siècle, cela me fait très mal !». C'est donc en Gironde que Marie-Anne Landry a décroché le jackpot après un deuxième combat éclair, un ippon et 21 secondes qui resteront gravés longtemps dans sa mémoire. Une ceinture noire qu'elle a tout de suite partagée avec les amours de sa vie, ses filles Laura, 11 ans, et Silya, 9 ans.

Prochains objectifs pour cette femme pleine d'énergie, l'obtention du deuxième dan d'ici deux ans et certainement une participation au Marathon de Toulouse ou de Carcassonne à la fin de l'année.

Marie-Anne ceinture noire

Elle est toujours souriante Marie-Anne Landry mais son visage s'est illuminé encore plus depuis qu'elle vient d'adhérer au clan des ceintures noires. Une vraie satisfaction, une vraie fierté également...

Elle est toujours souriante Marie-Anne Landry mais son visage s'est illuminé encore plus depuis qu'elle vient d'adhérer au clan des ceintures noires. Une vraie satisfaction, une vraie fierté également pour ce bout de femme de 42 ans, originaire du Loiret et ayant posé ses valises dans la bastide en janvier 2015, en raison d'une mutation professionnelle de son conjoint qui est actuellement professeur à l'Institution S...

lire

Il ne réalise pas encore Willy Micieli ! La ceinture noire, c'était vraiment un cadeau venu du ciel pour ce pensionnaire du Judo-Club villeneuvois pour lequel la vie n'a pas été toujours un fleuve tranquille. «C'est vrai que durant mon existence, j'ai connu des moments très difficiles», avoue le jeune trentenaire. Des moments qu'il n'oublie pas, bien évidemment. Et puis c'est en regardant à la télévision les J.-0. de Londres en 2012 et notamment la compétition de judo que le déclic s'est produit pour Willy. «J'ai cherché un club sur Villeneuve et je suis tombé sur Didier qui m'a invité à rejoindre son association sportive». Le judo, sorte d'exutoire et de raison de vivre pour celui qui est également passionné par l'informatique. Le complexe sportif, il y passe des heures et des heures, Willy, ne ratant jamais le moindre entraînement le mercredi ou le vendredi. «Ce club, c'est comme ma propre famille. Didier, ce n'est pas mon professeur de judo, c'est d'abord mon ami». Un ami lui ayant permis de se remettre sur le droit chemin, de connaître un nouvel environnement, de nouveaux camarades, de sortir un peu de sa bulle et de son univers. «S'il faut donner un coup de main, encadrer un groupe d'enfants, c'est avec plaisir que je rends service», confie le jeune homme, rêvant de devenir un jour professeur de judo. «Pour l'heure, je suis commissaire sportif départemental dans les différentes compétitions».

Et il y a quelque temps, au Stadium d'Agen, Willy a donc connu le jour de gloire, son jour de gloire, en décrochant la ceinture noire. «Cela faisait quatre ans que je voulais atteindre cet objectif mais avec mon petit handicap, mes crises d'angoisse et de stress en rentrant sur le tatami, je n'y arrivais pas». Sur le sol agenais, le Villeneuvois n'a pas laissé passer sa chance. Après deux échecs lors des deux premiers combats, il a pensé fortement à son héros de manga «Yu-Gi-Oh» et il a tout donné dans le dernier combat, dominant facilement son adversaire. L'aboutissement certainement de nombreuses années de fidélité au Judo-Club villeneuvois mais surtout d'amitié avec son père spirituel Didier Cucchi. Bravo Willy !

judo

jour de gloire

Il ne réalise pas encore Willy Micieli ! La ceinture noire, c'était vraiment un cadeau venu du ciel pour ce pensionnaire du Judo-Club villeneuvois pour lequel la vie n'a pas été toujours un fleuve tra...

Il ne réalise pas encore Willy Micieli ! La ceinture noire, c'était vraiment un cadeau venu du ciel pour ce pensionnaire du Judo-Club villeneuvois pour lequel la vie n'a pas été toujours un fleuve tranquille. «C'est vrai que durant mon existence, j'ai connu des moments très difficiles», avoue le jeune trentenaire. Des moments qu'il n'oublie pas, bien évidemment. Et puis c'est en regardant à la télévision les J.-0. de...

lire

Le Judo-Club-Villeneuvois sera donc bien représenté lors des prochains championnats de France qui se dérouleront les 1er et 2 juin à Ceyrat, dans le Puy-de-Dôme. Aude-Axelle Okobe en espoirs et le duo Clément Menaud, Ewan Chapuzet en cadets vont tutoyer le très haut niveau dans leur catégorie respective après avoir décroché le précieux sésame lors des récents régionaux de Lormont. 

Dans cette belle région d'Auvergne, Clément Menaut sera très certainement la meilleure cartouche du mentor Didier Cucchi et la meilleure chance de médaille. 

Tout simplement car ce jeune homme de 16 ans, bien dans sa tête et bien dans son corps, s'est déjà invité dans la cour des grands la saison dernière, terminant à une honorable 7e place. Dans la catégorie des moins de 66 kg, il aura bien sûr comme objectif de grimper encore dans la hiérarchie et d'aller chercher pourquoi pas un podium. «Trois semaines nous séparent seulement des Régionaux.

 Il a fallu donc que je travaille surtout mon cardio» analyse calmement et avec beaucoup de sérénité ce grand espoir du Judo-Clubvilleneuvois. Plus dure sera la tâche de ses frères et sœurs de kimono Ewan Chapuzet et Aude-Axelle Okobe. C'est la première fois qu'ils vont participer à des France, partant donc l'inconnu avec beaucoup moins de certitudes que leur camarade mais avec la volonté farouche d'aller le plus loin possible dans une compétition exigeante, ressemblant à un vrai parcours du combattant. 

Pour Clément et Ewan, il s'agira d'être très matinal le samedi 1er juin car la pesée est programmée à 7 heures tandis qu'elle sera prévue pour Aude-Axelle le dimanche à 13 heures. À noter enfin qu'un 4e mousquetaire du Judo-Clubvilleneuvois aurait pu participer également à la fête dans le Puy-de-Dôme mais Andrew Alexandre a raté la «qualif» d'un cheveu. Un objectif qu'il atteindra probablement la saison prochaine.

dans la cour des grands

Le Judo-Club-Villeneuvois sera donc bien représenté lors des prochains championnats de France qui se dérouleront les 1er et 2 juin à Ceyrat, dans le Puy-de-Dôme. Aude-Axelle Okobe en espoirs et le duo...

Le Judo-Club-Villeneuvois sera donc bien représenté lors des prochains championnats de France qui se dérouleront les 1er et 2 juin à Ceyrat, dans le Puy-de-Dôme. Aude-Axelle Okobe en espoirs et le duo Clément Menaud, Ewan Chapuzet en cadets vont tutoyer le très haut niveau dans leur catégorie respective après avoir décroché le précieux sésame lors des récents régionaux de Lormont. Dans cette belle région d'Auverg...

lire

Le grand Slam à Paris, c'est le plus grand tournoi mondial, ayant réuni ce week-end 98 pays et 600 judokas. Un rendez-vous majeur en ce début d'année qu'avait coché Royal Rakotoarivony, jeune Malgache de 24 ans, licencié au Judo-Club villeneuvois.

Les deux premières tentatives dans la capitale en 2016 et 2017 n'avaient pas permis à Royal de franchir le 1er tour. Et hier matin, à l'heure de l'échauffement, le poulain de Didier Cucchi était très motivé dans ses attitudes, dans son regard. S'étant engagé dans une nouvelle catégorie (-81 kg), avec un plan d'entraînement différent, le jeune Villeneuvois voulait tout déchirer sur les tatamis. Mais face à l'Islandais Iura Sveinbjorn, 44e mondial, son rêve de victoire s'est brisé très rapidement. Au fond, il n'y a pas eu véritablement de combat tant Sveinbjorn a dominé le Malgache, l'empêchant de trouver des solutions et de se mettre en action.

Un combat à sens unique et donc une nouvelle défaite dans le grand Slam pour Royal qui devra encore travailler pour progresser et pour offrir plus de résistance face aux meilleurs judokas mondiaux. «Dans cette nouvelle catégorie des moins de 81 kg, il faut qu'il trouve ses repères», confiait hier matin son mentor Didier Cucchi, un peu remonté tout de même après la performance mitigée de son poulain. La feuille de route du pensionnaire du Judo-Club villeneuvois est assez épaisse cette année puisque dès la semaine prochaine, il participera à la Coupe du Capricorne, la deuxième plus grosse compétition de Madagascar, avant les championnats d'Afrique en avril au Cap, en Afrique du Sud, les jeux des îles en juillet à l'île Maurice et enfin les championnats du monde à Tokyo en août, au Japon.

Le grand Slam tourne court pour Royal

Le grand Slam à Paris, c'est le plus grand tournoi mondial, ayant réuni ce week-end 98 pays et 600 judokas. Un rendez-vous majeur en ce début d'année qu'avait coché Royal Rakotoarivony, jeune Malgache...

Le grand Slam à Paris, c'est le plus grand tournoi mondial, ayant réuni ce week-end 98 pays et 600 judokas. Un rendez-vous majeur en ce début d'année qu'avait coché Royal Rakotoarivony, jeune Malgache de 24 ans, licencié au Judo-Club villeneuvois. Les deux premières tentatives dans la capitale en 2016 et 2017 n'avaient pas permis à Royal de franchir le 1er tour. Et hier matin, à l'heure de l'échauffement, le poula...

lire

Le Judo-Club-Villeneuvois de Didier Cucchi rouvrira ses portes le mercredi 12 septembre, à 14 heures, au complexe sportif, avec la possibilité pour les enfants de se tester gratuitement sur les tatamis afin de pouvoir se positionner sur cette discipline. Ils auront aussi l'occasion de découvrir ce club et cet art martial lors de la journée portes ouvertes des associations sportives, le dimanche 9 septembre, au complexe sportif, organisée par l'UASV et en partenariat avec la municipalité.

Le planning du Judo-Villeneuvois est le suivant pour la saison 2018-2019

Mercredi : de 14 heures à 15 heures, école de judo ; de 15 heures à 16 heures, pour les 3-4 ans ; de 16 heures à 17 h 15, pour les confirmés ; de 19 heures à 20 h 30, pour les adultes.

Vendredi : de 17 h 30 à 18 h 30, école de judo ; de 18 h 30 à 19 h 30, pour les confirmés ; de 19 h 30 à 21 heures, pour les adultes.

Pour tous renseignements, il suffit de contacter le professeur Didier Cucchi au 06 20 33 43 34.

reprise des cours le 12 septembre

Le Judo-Club-Villeneuvois de Didier Cucchi rouvrira ses portes le mercredi 12 septembre, à 14 heures, au complexe sportif, avec la possibilité pour les enfants de se tester gratuitement sur les tatami...

Le Judo-Club-Villeneuvois de Didier Cucchi rouvrira ses portes le mercredi 12 septembre, à 14 heures, au complexe sportif, avec la possibilité pour les enfants de se tester gratuitement sur les tatamis afin de pouvoir se positionner sur cette discipline. Ils auront aussi l'occasion de découvrir ce club et cet art martial lors de la journée portes ouvertes des associations sportives, le dimanche 9 septembre, au comple...

lire

Pour remercier tous les partenaires mais aussi tous les amis qui l'ont accompagné et aidé durant toute la saison sportive, Didier Cucchi, professeur de judo, avait organisé mercredi soir une petite fête chez lui, à Pujols. Une fête bien évidemment empreinte de convivialité et de bonne humeur mais aussi une fête animée en tout début de soirée par Manolo, la voix des Gypsies. L'espace de quelques minutes, celui qu'on retrouve régulièrement devant le petit écran et qui avait chanté son amour pour les magasins Gifi en 2014, a repris quelques tubes du célèbre groupe de musique andalouse. Et les jeunes stagiaires du complexe sportif (lire notre édition de jeudi) ont vraiment apprécié ce petit intermède musical à l'heure de l'apéro. «Avec la présence de Manolo, je voulais faire un petit cadeau à tous mes amis qui me soutiennent depuis de nombreuses années», soulignait Didier. Et alors que le stage au complexe sportif devait se terminer vendredi, le responsable du Judo-Club villeneuvois tenait aussi à remercier le lycée «L'Oustal» pour l'hébergement de tous ces gamins durant une semaine.

Une soirée de fin de saison avec Manolo

Pour remercier tous les partenaires mais aussi tous les amis qui l'ont accompagné et aidé durant toute la saison sportive, Didier Cucchi, professeur de judo, avait organisé mercredi soir une petite fê...

Pour remercier tous les partenaires mais aussi tous les amis qui l'ont accompagné et aidé durant toute la saison sportive, Didier Cucchi, professeur de judo, avait organisé mercredi soir une petite fête chez lui, à Pujols. Une fête bien évidemment empreinte de convivialité et de bonne humeur mais aussi une fête animée en tout début de soirée par Manolo, la voix des Gypsies. L'espace de quelques minutes, celui qu'on r...

lire

18 ans. Cela fait exactement 18 ans que Didier Cucchi accueille des stagiaires en cette période de l'été pour parfaire leur technique de combat, pour progresser mais dans une ambiance très conviviale. Si les stations balnéaires de Montalivet et Saint-Jean-de-Luz étaient auparavant les points d'ancrage de ce stage estival, c'est Villeneuve qui a repris le flambeau pour la deuxième année consécutive. Mais quel que soit l'endroit, à la plage ou sur les bords du Lot, on retrouve toujours les fidèles, «Les Copains d'abord» pour reprendre la célèbre chanson de Georges Brassens. Et parmi la cinquantaine de jeunes hommes ou demoiselles en kimono dans le dojo du complexe sportif, il y a toujours le carré d'as, Franco, Miki, Jean-Louis ou Loïc.

Une belle histoire d'amitié
«Ce sont des amis de longue date, en qui j'ai une profonde estime et une entière confiance», insiste Didier Cucchi, jouant une nouvelle fois à domicile. Franco, 58 ans, résidant dans la région de Metz, n'a pas hésité à avaler 927 km pour retrouver son vieil ami Didier et pour participer au stage. «La technique que je peux acquérir dans ces travaux d'été, je la fais partager à mes élèves en Moselle. Et puis avec Maître Cucchi, c'est une belle histoire d'amitié qui dure depuis 2005 lors d'un stage à Montalivet avec Angelo Parisi et Bernard Tchoullouyan». Même son de cloche pour l'Espagnol Miki, 41 ans, propriétaire d'un hôtel à Ibiza. «La France est une nation forte du judo et je suis toujours heureux de retrouver Didier qui est comme un grand frère. Il vient aussi régulièrement à Ibiza car mon hôtel possède aussi un dojo. Pour ce stage à Villeneuve, j'ai pu amener huit jeunes Espagnols». Et le Belge Jean-Louis Pany, 54 ans, de poursuivre : «En tant qu'ancien entraîneur de Madagascar et actuellement au Comité olympique, nos routes se sont souvent croisées avec Didier sur le plan international. Une histoire d'amitié est née tout naturellement. Ce stage d'été est très intéressant car il permet à des jeunes judokas de progresser».

Un sentiment que partage également Loïc Auffret, 28 ans, professeur au Passage Judo Université. Ce stage d'été au complexe sportif devait se clôturer jeudi soir.

Un stage sur fond d'une grosse amitié

18 ans. Cela fait exactement 18 ans que Didier Cucchi accueille des stagiaires en cette période de l'été pour parfaire leur technique de combat, pour progresser mais dans une ambiance très conviviale....

18 ans. Cela fait exactement 18 ans que Didier Cucchi accueille des stagiaires en cette période de l'été pour parfaire leur technique de combat, pour progresser mais dans une ambiance très conviviale. Si les stations balnéaires de Montalivet et Saint-Jean-de-Luz étaient auparavant les points d'ancrage de ce stage estival, c'est Villeneuve qui a repris le flambeau pour la deuxième année consécutive. Mais quel que soit...

lire